• 944 visits
  • 155 articles
  • 374 hearts
  • 454 comments

Sommaire 03/04/2015

Sommaire
 
Habillage du blog créé par http://dressyour-blog.skyrock.mobi/1.html

 Retrouvez mon second blog avec critiques de livres et animés sur http://booksdreamsandfiction.blogspot.fr/
 
 
Lectrices, Lecteurs,
 
Bienvenue sur mon blog !
 
Je m'appelle Kathleen et je suis âgée de 26 ans. J'ai enfin décidé de créer un blog pour partager mon avis sur mes lectures.
Je prends plaisir à comparer les avis d'autres lecteurs sur leurs blogs et à y dénicher de nouvelles trouvailles à ajouter à ma PAL.

Plus jeune, mon entourage me qualifiait d'étourdie, rêveuse et comme étant dans la lune. Aujourd'hui, j'embrasse pleinement ces qualificatifs. Oui, je remastérise des passages de ma propre vie dans lesquels je suis douée de supers-pouvoirs (en CP-CE1, je rêvais que j'étais membre des Powers Rangers. Sinon, je rêvais que si je prenais suffisamment d'élan dans la cours de récré et  finissais par sauter, je pouvais me transfigurer en aigle).

Lectrice inconditionnelle, je plonge aussi bien dans des romans fantastiques que fantasy, des comics que des mangas. Lorsque j'allume ma télévision, c'est aussi bien pour regarder des films du genre Seigneur des Anneaux que des séries du genre Game of Thrones (est-il nécessaire de préciser que j'ai lu les livres au préalable?).

Une dernière chose. J'ai décidé de m'accomplir en tant que rêveuse chevronnée au travers d'un livre dont je suis en pleine rédaction.
N'hésitez pas à laisser un commentaire, vestige de votre visite sur mon blog. Je serais ravie de rendre la pareille!
 
Bonne lecture !


Du 1er Juillet au 1er Septembre, je participe au Challenge 0 Achats! Et ce afin de diminuer ma PAL! Retrouvez tout le descriptif de l'opération ici !

Chroniques, Tags ou encore Focus !
Une rubrique qui traite de l'actualité littéraire par le biais de séries,
films ou encore acteurs phares !





A










B

C

D


E


F

G


H


I


J

K


L

M


N
 
O

P


Q

R


S

T


U

V


W



X



Y


Z



 


Sommaire
Mon blog est neutre en carbone !
Grâce à ce site, un arbre est planté pour compenser les émanations de CO2 de mon blog.
Ayez, vous aussi, une petite pensée pour l'environnement!


Que voyez-vous sur cette photo?

Sommaire

Photo personnelle

Tags : LECTURE - Livres - Critique de livre

Génération K 12/11/2017


 
Auteur: Marine CARTERON
Éditeur: Rouergue
304 pages
Paru en Septembre 2016
14¤
Urban Fantasy
A partir de 15 ans
 
Résumé
 
Kassandre, Mina et Georg, tous trois un peu bizarres et révoltés, ont un point commun
que la plupart des gens ignorent : un pouvoir terrifiant...
D'un pensionnat luxueux en Suisse aux quartiers chauds de Naples, la traque commence
car leurs dons sont convoités par de redoutables puissances.
Originalité: 3 /5.
Qualité de l'écriture: 4,5 /5.
Psychologie des personnages: 2,5 /5.
Immersion dans le récit: 4 /5.
Mon avis
Génération K est un roman à l'intrigue plutôt classique: des jeunes gens se découvrent des pouvoirs surnaturels.
L'originalité vient de la nature et des origines de ces pouvoirs puisque le roman mêle expériences scientifiques et puissances supérieures avec l'éveil du Maître, créateur du monde.
J'avoue que le cocktail fonctionne plutôt bien et désigne ainsi des adversaires tout trouvés: les blouses blanches qui cherchent à affirmer la suprématie humaine, et les "mutants" qui luttent pour leur survie. Il y a comme un air de déjà vu dans cet affrontement même si dans ce premier tome, on en reste au tout début du conflit, avec simplement les révélations et rencontres qui vont chambouler la vie de Georges, Ka et Mina.
 
Du côté de ceux-ci justement, je les ai trouvé un peu trop stéréotypés. Georges interprète la tête brûlée, le gars impulsif qui se jette dans la gueule du loup et réfléchi après. Kassandre, c'est la fille de riche rebelle, qui kiffe le métal et les tatouages, carrément grande gueule. Et enfin, Mina, la fille la plus "simple", que l'on suit à travers son journal intime. Elle est plus discrète, mesurée. Je pense qu'elle se révélera davantage dans le second tome.
Rien de bien révolutionnaire donc, si ce n'est le ton sombre et inquiétant amené par l'auteur qui détonne dans l'univers du Young Adult. Je pense lire la suite car cela pourrait être une bonne surprise. 
Note globale: 7 /10.
 

Tags : FANTASY

Eona et le Collier des Dieux 29/10/2017

 
 
 

 
Auteur: Alison GOODMAN
Éditeur: Gallimard
753 pages
Paru le 30.08.2012
11¤50
Urban Fantasy
A partir de 14 ans
 
Résumé
 
Eon est devenu Eona, l'¼il du dragon Miroir.
Son nouveau pouvoir représente l'unique espoir de la Résistance.
Mais saura-t-elle maîtriser sa force dévastatrice ?
Dans l'ardeur de la lutte pour le contrôle de l'empire, entre son c½ur et son devoir,
quel choix fera Eona ?
Originalité: 4,5 /5.
Qualité de l'écriture: 5 /5.
Psychologie des personnages: 4,5 /5.
Immersion dans le récit: 5 /5.
Mon avis
 J'ai encore une fois été transportée dans le monde créé par Alison GOODMAN. J'ai lu un peu par hasard en simultané ses deux sagas littéraires que sont Eon et Lady Helen et je dois dire que je suis conquise par cette auteur. La construction du monde mais également celle des personnages sont des points essentiels et fortement développés dans ses romans. Alors oui, il arrive qu'il y a quelques longueurs, surtout au début des premiers tomes, mais ensuite, nous sommes immergés dans l'univers chatoyant et passionnant que l'auteur a pris le temps de créer.
J'ai replongé avec délice dans le folklore chinois. Suite à la chute de l'empire précédent et à la prise de pouvoir de l'infâme Sethon, la Résistance s'organise pour rétablir le jeune prince Kygo sur le trône qui lui revient de droit. Eona, toujours assistée de Délia et Ryko, constitue leur arme principale pour cette périlleuse mission. Seulement voilà, elle n'arrive toujours pas à maîtriser ses pouvoirs et la seule personne susceptible de la former, le traître ¼il du Dragon Rat Seigneur Ido, est emprisonné au palais impérial...
Kygo va-t-il accepter de secourir celui qui est en partie responsable de la mort ses parents ou tentera-t-il le tout pour le tout en décidant d'affronter les troupes de Sethon avec un ¼il du Dragon Miroir aux pouvoirs de destruction aléatoires?
 
Autant vous dire que j'ai surkiffé ma lecture! Incroyable, j'ai adoré! L'immersion est totale, entre complots et trahison. J'ai été surprise du début à la fin! Ce final époustouflant! Le roman se termine admirablement bien, dans le sens ou l'intrigue est parfaitement close. Il arrive que les pages finales laissent un goût amer tant on aurait aimé qu'il se passe autre chose, ou bien l'on n'a pas toutes les réponses à nos questions. Ici, j'ai été soufflée par l'ingéniosité de l'auteur. Si certaines actions peuvent être prévisibles, dans la globalité, le récit était tout à fait inédit et original.
 
Du début maintenant: Eona n'arrive tout simplement pas à maîtriser ses pouvoirs, et cela pose de gros problèmes, du genre mortels pour des innocents. Une vraie plaie! C'est une sacrée incompétente, malheureusement. Qui plus est, une répercussion inattendue de son pouvoir va lui attirer les foudres de son entourage. D'où le besoin urgent que le Seigneur Ido la forme.
Car si elle ne fait rien, ils courent tous à la catastrophe, mais d'un autre côté, tout le monde sauf Eona abhorre le Seigneur Ido. Pour elle, il est son salut.
Et cela nuit gravement à son rapprochement intime avec le prince Kygo.
 
Beaucoup de tensions donc dans ce second tome, des engueulades, pertes de confiance, de doutes... Des émotions fortes en sommes, entre passion et haine, amitié et amour...
De l'action avec les scènes de combats rendues épiques grâce à la magie des dragons. Et outre la menace terrible de Sethon, c'est celle de Dillon, possédé par la magie funeste du livre noir, qui inquiète tout le monde. Eona se retrouve déchirée entre la sensation grisante du pouvoir procurée par Ido et la tendre amitié qu'elle partage avec le Prince Kygo. Ce triangle amoureux n'est pas niais, et je comprends la position d'Eona même si elle m'a beaucoup agacée à plusieurs reprises, que ce soit par son incompétence ou par son manque de discernement. Cela dit, ce n'est vraiment pas une héroïne comme les autres puisqu'elle représente à mes yeux un personnage vacillant, avec ses forces et faiblesses, et comme n'importe quel être humain, elle est soumise à la tentation. Heureusement, les personnages secondaires l'aident à se remémorer qui elle est vraiment, de façon plus ou moins brutale.
 
L'intrigue d'Eona prend place dans un monde brutal, gouverné par des hommes et dans lequel elle doit redoubler d'efforts pour faire ses preuves. D'autant plus dur lorsque l'aide précieuse de son ancêtre Kinra s'avère désormais inutilisable car périlleuse. Mais toutes les réponses viendront en temps et en heure. Pour le salut du royaume, humains comme Dragons...
 
Note globale: 9,5 /10.
 
 

Tags : urban fantasy

Lady Helen T2: Le Pacte des Mauvais Jours 29/10/2017


 
Auteur: Alison GOODMAN
Éditeur: Gallimard
608 pages
Paru le 31.07.2017
19¤50
A partir de 15 ans
Fantastique
 
Résumé
 
Brighton, été 1812...
Chassée par son oncle, lady Helen a trouvé refuge dans la station balnéaire à la mode.
Déguisée en homme, elle s'entraîne avec lord Carlson à développer ses étranges pouvoirs.
Lorsqu'au cours d'une soirée mondaine elle croise le duc de Selburn, Helen se retrouve au c½ur
de la rivalité entre les deux hommes. Mais ses propres sentiments ne pèsent guère au regard
des intérêts du Club des mauvais jours. L'un de ses membres éminents est venu lui confier
une mission très délicate...
Originalité: 5 /5.
Qualité de l'écriture: 4,5 /5
Psychologie des personnages: 5 /5.
Immersion dans le récit: 4,5 /5.
 
Mon avis
 
Heureusement, ce second tome ne met pas autant de temps à démarrer que le premier. D'ailleurs, l'intrigue est vite lancée grâce à l'intervention d'un nouveau personnage absolument détestable qui confie une mission dangereuse à Helen.
Commencent alors les secrets et mensonges puisque Lord Carlston n'est pas dans la confidence, et au vu de son caractère de plus en plus volcanique, les doutes quant à sa santé mentale et à sa perception du Bien et du Mal s'éveillent.
 
Dans ce tome-ci, Helen prend donc des initiatives. Elle s'affranchit de la tutelle de Lord Carlston et enquête en solo, se retrouvant dans des endroits mal famés. J'ai bien aimé le contraste saisissant entre la vie d'aristocrate que Helen mène le jour et de combattante du Mal la nuit, dans le sens où tantôt il est question de convenances, de bavardages légers, etc, tantôt de meurtres atroces, de maison de passe et de perversion. D'ailleurs, l'auteur ne fait pas dans la dentelle lorsqu'elle évoque ces passages, apportant davantage de réalisme et rendant la situation encore plus frappante. Ce qui signifie que cette saga n'est pas estampillée "jeunesse", elle s'adresse au contraire aussi bien aux adolescents qu'aux adultes.
Il y a de sacrées scènes de combat, parfois un peu complexes car il faut bien suivre l'action et surtout prendre son temps pour lire la phrase afin comprendre ce qui est en train de se produire.
Helen progresse largement dans ce domaine au cours de ce tome. Elle est confrontée à des choix impossibles et je n'aurai pas aimé être à sa place tant rien ne se déroule comme prévu, ni en sa faveur.
Il y a beaucoup de révélations, de nouveaux personnages et d'événements qui bousculent le Club des Mauvais Jours.
Le magnétisme Helen/Carlston est quasi palpable lors de rares et courts passages qui m'ont laissé tout aussi pantelante.
Le Duc de Selburn m'a tapé sur les nerfs a plusieurs reprises a vouloir s'investir avec excès de zèle dans la vie mais aussi le travail de Helen, quitte à bafouer sa propre parole ou à commettre l'irréparable... Il n'a pas compris qui a le pouvoir encore... Malheureusement, la fin nous montre qu'il sait très bien arriver à ses fins et qu'il va être encore très présent/pesant dans le prochain tome, au détriment de Lord Carlston qui, lui, va avoir beaucoup à faire de son côté d'un point de vue sentimental.
Le final, d'ailleurs, se présente comme un course contre la montre, réunissant de nombreux personnages pour une apothéose de combats, révélations et retournements de situation à un rythme effréné. 
Enfin, petit coup de c½ur pour Sprat, jeune demoiselle vive d'esprit et attachante que je vous laisse découvrir plus amplement en lisant le roman.
Autre point important: les Abuseurs ne sont pas les ennemis principaux de ce tome-ci. Ils agissent en arrière-plan, dans l'ombre, en faveur de l'Abuseur Suprême dont on ignore encore l'identité, même si un indice pour le moins énigmatique est révélé.
L'intrigue tourne donc autour des membres du Club des Mauvais Jours, anciens et actuels; tourmente orchestrée par l'un des membres du gouvernement, un scélérat de la pire espèce.
Le mystère quant à la condition et aux pouvoirs de Helen reste entier.
J'ai hâte de lire la suite de cette saga riche en rebondissements, hyper originale et aux personnages rendus si réels, si vivants...
Je vous conseille vivement de découvrir cette auteur!
Note globale: 8,5 / 10.

Tags : Fantastique.

Lady Helen T1: Le Club des Mauvais Jours 07/10/2017


 
Auteur: Alison GOODMAN
Éditeur: Gallimard
576 pages
Paru le 18.08.2016
19¤50
A partir de 14 ans
Fantastique
 
Résumé
 
Londres, avril 1812. Lady Helen Wrexhall s'apprête à faire son entrée dans le monde.
Bientôt, elle sera prise dans le tourbillon des bals avec l'espoir de faire un beau mariage.
Mais d'étranges faits surviennent qui la plongent soudain dans les ombres de la Régence :
une bonne de la maison disparaît, des meurtres sanglants sont commis et
Helen fait la connaissance de lord Carlston, un homme à la réputation sulfureuse.
Il appartient au Club des mauvais jours, une police secrète chargée de combattre des démons
qui ont infiltré toutes les couches de la société.
Lady Helen est dotée d'étranges pouvoirs mais acceptera-t-elle de renoncer à une vie faite
de privilèges et d'insouciance pour basculer dans un monde terrifiant?
 
 
Originalité: 4,5 /5.
Qualité de l'écriture: 4,5 /5.
Psychologie des personnages: 4,5 /5.
Immersion dans le récit: 4 /5.
 
Mon avis
 
J'ai beaucoup aimé ce roman qui a pourtant mis du temps à démarrer. J'ai vraiment failli laisser tomber tant je trouvais le rythme affreusement long. Car en effet, l'auteur utilise 200 pages d'amorce pour la mise en place de l'univers et de présentation des personnages.
Les chapitres sont plutôt longs et trois d'entre eux peuvent couvrir ne serait-ce qu'une seule journée! Hors, à cette époque, on ne peut pas dire que les journées d'une jeune demoiselle de la haute bourgeoisie soient si palpitantes. Aussi, je me suis un peu ennuyée au début de ma lecture. Passé ce délai, enfin intervient l'élément surnaturel avec son lot de révélations à la fois sur ce monde caché, mais également sur le bien mystérieux et attirant lord Carlston.
L'originalité liée à la nature de ces créatures et à leurs détracteurs est inédite, très intéressante. Le caractère obscène de leur façon de se repaître est bien représenté. C'est même exacerbé par le niveau de langage soutenu et le milieu dans lequel le personnage et le lecteur évoluent depuis le début, c'est à dire l'aristocratie. Il n'est pas question de sexualité: son oncle veille à ce que Helen ne porte aucun décolleté et n'hésite pas à exprimer sa désapprobation le cas contraire. Elle-même énonce plusieurs fois sa crainte de se montrer trop dévergondée pour le goût des hommes respectables. Aussi sommes nous frappés autant que Helen par le dégoût et la répugnance du mode opératoire des Abuseurs.
Alison Goodman est très douée pour mettre en place et faire vivre un univers particulier. Le décor lié à l'époque de la Régence est en place grâce aux tenues vestimentaires, aux us et coutumes entre grandes gens de la société, aux bavardages parfois frivoles, aux nombreux bals etc. Sans oublier les lieux mal famés et les descriptions sensorielles associées. L'auteur fait frémir nos narines en décrivant les odeurs nauséabondes avec une précision hors pair, projetant le lecteur des salons richement décorés aux bas fonds de Londres en un tour de plume.
J'aime beaucoup cette dualité, en fait. Heureusement que l'intrigue ne se déroule pas seulement dans les hautes sphères et qu'il y a ces moments inquiétants qui mettent Helen et le lecteur dans des situations nouvelles et risquées.
Helen est un personnage que j'ai beaucoup apprécié. Elle est très loyale envers ses amies, allant jusque braver les on-dits. Ayant perdu ses parents très jeune, elle fait preuve d'une grande autonomie et d'un caractère affirmé. La bravoure en fait partie et par la suite, l'intrépidité va s'ajouter, même si on sent grandement sa réticence à entrer dans un cercle secret de combattants du Mal. Ne serait-ce que parce-que depuis toute petite, sa vie est dictée par les règles de bienséance, entraves de taille contre les prérogatives liées au Club des Mauvais Jours. Il est normal que la découverte de sa mission secrète soit bouleversante.
Elle peut cependant compter sur Darby, sa femme de chambre, et sur lord Carlston, malgré sa froide personnalité et son regard perçant. Leur relation est plutôt désarçonnante, avec la confrontation des deux caractères qui fait des étincelles. Ils s'exaspèrent mutuellement mais ont besoin l'un de l'autre pour accomplir la tâche qui leur est dévolue. En tant qu'êtres Elus, ils ne peuvent se dérober et doivent apprendre à se faire confiance.
Pas mal de révélations sont apportées dans ce tome-ci mais évidemment, il en reste encore à venir et notamment sur la mère de Helen et la défunte épouse de Carlston. De grands enjeux semblent se profiler à l'horizon avec un changement drastique pour Helen si elle souhaite mener à bien sa mission. Nul doute que l'auteur réserve encore son lot de surprises!
Je conseille grandement ce roman, cocktail détonnant de bals dansant et combats contre des créatures parasites maléfiques.
Note globale: 7,5 /10.

Tags : Fantastique.

La Forêt des Damnés 22/09/2017

 

 
Auteur: Carrie RYAN
Éditeur: Gallimard
448 pages
Paru le 17.03.2011
7¤75
Dystopie
A partir de 12 ans
 
Résumé
 
Mary habite un village entouré d'une clôture.
Derrière, les Damnés, revenus de la mort, rôdent dans la forêt, avides de chair humaine.
Promise à Harry, Mary vit une passion interdite avec Travis, le fiancé de sa meilleure amie.
Pourtant, elle rêve d'un ailleurs. Mais comment franchir la Forêt des Damnés?

Une envoûtante histoire d'amour post-apocalyptique dans un monde infesté de zombies.
Originalité: 3,5 / 5.
Qualité de l'écriture: 4 /5.
Psychologie des personnages: 2,5 /5.
Immersion dans le récit: 4 /5.
Mon avis
C'est un lecture mitigée. On y retrouve l'atmosphère de la série Walking Dead, avec toujours cette menace constante de la mort. Le sentiment de sécurité n'est qu'illusoire et éphémère, car même lorsque les personnages semblent avoir trouvé un quotidien paisible, une routine agréable, tout s'écroule en une fraction de seconde. Ce qui veut dire que le récit oscille entre moments calmes et passages plus rythmés, qu'il s'agit d'un schéma forcément prévisible et qui m'a un peu lassé dans la seconde moitié du livre.
Tout d'abord, le début. J'ai bien aimé découvrir Mary, son caractère intrépide et curieux, qui remet toujours tout en cause. Elle veut savoir comment sont apparus les marcheurs, si l'océan dont lui parle sa mère existe, si il y a une autre forme de vie en dehors de la clôture, etc.
Car le village de Mary est barricadé du monde, situé en pleine forêt sans contact extérieur. Elle constitue donc l'élément perturbateur du récit puisque c'est son désir d'explorer la forêt qui va initier le chamboulement de l'ordre établi.
Le village est régit par les S½urs, qui représentent l'ordre religieux et dirigeant. Elles éduquent les enfants, soignent les blessés. J'ai bien aimé en découvrir davantage sur elles au cours du récit, figures que l'on pensait sympathiques mais qui recèlent de nombreux secrets...
Il y a également les Gardiens, personnel chargé de surveiller et réparer la clôture. Ils abattent également les marcheurs qui se montrent trop dangereux.
Il y des coutumes particulières dans ce village, notamment par rapport à l'union de deux personnes. Celles-ci sont grandement encouragées pour préserver et pérenniser l'espèce. L'amour n'a pas sa place, c'est le devoir qui prime. 
Evidemment, les amours de Mary sont tumultueuses. Elle a trois meilleurs amis d'enfance: Cass, Harry et Travis, ces deux derniers étant frères. Travis est promis à Cass et Harry à Mary. Rien ne va se passer comme prévu. J'avoue que Mary m'a un peu agacée, car même si on sait qu'ils se connaissent depuis longtemps, on ne sait pas grand chose d'eux. Le fait qu'elle se comporte en chaudière à certains moments est passablement irritant. Et puis, au cours du récit, elle va s'avérer être un peu girouette, indécise: tantôt elle dit que celui qu'elle aime lui suffit pour vivre heureuse, tantôt elle se met en tête de partir à l'aventure tant elle ne supporte pas d'être dans l'inaction.
Alors oui, c'est vrai que si elle n'était pas comme ça non plus, l'histoire serait des plus banales et chiante, mais il n'empêche que c'est un trait de caractère qui m'a déplu chez elle. D'autant plus que des vies sont en jeu et que ce sont d'autres personnes qui payent pour ses caprices.
La première partie se concentre sur la vie au village. J'ai aimé en découvrir les règles et les personnages. Par contre, leurs réactions m'ont parfois paru trop grosses au cours du roman, comme Jed, le frère de Mary qui la repousse comme un gros bâtard mais qui la prend dans ses bras en larmoyant dans la seconde partie...mouais. Pas très crédible. Bref.
Après l'attaque du village survient la fuite. Il s'agit là de passages plus lents puisqu'on passe au survival. C'est là que j'ai moins aimé Mary, qui a le gars qu'elle voulait à ses pieds mais qui n'arrive plus à s'en contenter. Elle convoite trop l'océan, l'espoir d'une vie sans marcheurs.
La fin rattrape le niveau. Elle introduit un nouveau mode de vie, de nouvelles révélations à venir et de nouveaux personnages. Un second souffle en somme. Je pense lire la suite.
Note globale: 7 / 10.

Tags : dystopie

Wonder 22/09/2017


 
Auteur: R.J. PALACIO
Éditeur: PKJ
512 pages
Paru le 22.05.2014

Drame
A partir de 8 ans
 
Résumé
 
Ne jugez pas un livre sur sa couverture.

Ne jugez pas un garçon sur son apparence.

« Je m'appelle August. Je ne me décrirai pas. Quoi que vous imaginiez, c'est sans doute pire. »

Né avec une malformation faciale, August, dix ans, n'est jamais allé à l'école.
Aujourd'hui, pour la première fois, ses parents l'envoient au collège...
Pourra-t-il convaincre les élèves qu'il est comme eux ?


Originalité: 5 /5.
Qualité de l'écriture: 5 /5.
Psychologie des personnages: 5 /5.
Immersion dans le récit: 5 /5.

Mon avis

Wahou! Une sacrée claque tant l'histoire d'August et de ses proches est émouvante. J'avais peur de le lire lors de sa sortie, que ce soit versé dans le pathos et qu'il en soit trop fait. Que je reste insensible durant 500 pages, ce qui aurait été une sacrée déception. Du coup, ce ne sont pas les avis des autres blogueurs qui m'ont convaincu mais l'adaptation cinématographique qui sort en salles en décembre. J'ai vu la bande annonce et je dois dire que j'ai été titillée par les images et le propos. Alors voilà, je me suis lancée dans l'achat et la lecture!

L'auteur aborde la difformité d'Auggie sous différents angles: l'impact que cela a sur la vie du petit garçon, bien sûr, mais aussi sur sa grande soeur Olivia, la petite Summer, etc... Je laisse un peu de surprise mais tout ça pour dire que forcément, l'entourage d'August subit également les moqueries, les regards et que cela leur apporte un vécu, une réaction différente. C'est tantôt une épreuve, tantôt une leçon d'altruisme et d'humilité. J'ai trouvé très judicieux le fait d'aborder ces différents points de vue, et très intéressant, contribuant à crédibiliser le récit, lui apporter plus de profondeur.
 
Auggie s'apprête à faire sa première rentrée au collège. On sait tous à quel point les enfants peuvent se montrer mauvais, juger et se moquer sans vergogne. Mais ce n'est pas le propos de l'histoire. Il s'agit davantage de mettre en valeur les belles rencontres que les mauvaises, ou comment certaines personnes nous portent, nous galvanisent pour nous faire oublier tous les tracas de la vie.
Toujours est-il que je les ai tous trouvé très réalistes, qu'ils soient bien ou mal intentionnés. C'est vraiment cruels par moments, mais Auggie est un jeune garçon incroyable.
 
Il fait preuve d'une grande lucidité sur son état et ce que peuvent bien penser les autres en le découvrant. Pourtant résigné, il a énormément d'humour et est le premier à se moquer de lui-même pour détendre l'atmosphère. Pour nous qui le découvrons de l'intérieur, on se rend compte rapidement qu'il est comme tout le monde, avec ses insécurités et sa sensibilité. Son apparence lui demande juste plus de courage que pour les autres. 
 
Au final, le récit nous emmène à travers toute son année scolaire, abordant son intégration et sa propre évolution grâce à sa famille, ses professeurs et ses amis.
Les chapitres sont courts, l'écriture hyper soignée et fluide, en adéquation avec le personnage que l'on suit. Je ne me suis pas ennuyée une seconde.
 
Note globale: 9,5 /10.
 
 
 

Tags : drame

Les Bannis et les Proscrits T1: Le Feu de la Sor'cière 22/09/2017


 
Auteur: James CLEMENS
Éditeur: Milady
546 pages
Paru le 07.11.2008
8¤20
Fantasy
A partir de 14 ans
 
Résumé
 
Par une nuit fatale, dans le merveilleux pays d'Alasea frappé par une malédiction,
trois mages firent un ultime acte de résistance, sacrifiant tout dans l'espoir de préserver le bien.
Cinq cents ans plus tard, au jour anniversaire de cette nuit sinistre, une petite fille hérite
d'un pouvoir perdu depuis longtemps. Mais avant qu'elle puisse comprendre son terrible don,
le Seigneur Noir lance ses monstres ailés pour la capturer et lui rapporter la magie embryonnaire
qu'elle détient. Fuyant les hordes des ténèbres. Elena est précipitée vers une issue terrible...
et vers la compagnie d'alliés inattendus. Formant avec eux une bande de parias et de hors-la-loi,
elle va tenter de combattre les forces implacables du mal et de secourir un empire autrefois glorieux...
 
 
Originalité: 4 / 5.
Qualité de l'écriture: 4 /5.
Psychologie des personnages: 4 /5.
Immersion dans le récit: 4 /5.
 
 
Mon avis
 
J'ai bien aimé ce roman qui est un tome introductif. Il met en scène les différents personnages qui vont finir par tous se retrouver vers la fin et composer l'escorte d'Elena vers sa Destinée. Un peu comme la communauté de l'Anneau dans Le Seigneur des Anneaux, de J.R.R. TOLKIEN.
 
Le livre est divisé en plusieurs parties dont les personnages abordés diffèrent. Dans l'une, on suit Elena avec au début, la découverte de ses pouvoirs et les conséquences que cela va avoir sur son entourage. Car en effet, très vite, un ennemi apparaît et se met en travers de son chemin. La quiétude de sa vie d'avant est vite renversée par la perte d'êtres chers. Puis, elle rencontre des personnages alliés qui vont l'aider à affronter de puissantes créatures.
 
Dans les autres parties, nous découvrons Tol'chuk, un ogre qui se fait bannir de son clan et qui va se retrouver à porter une quête visant à la sauvegarde de son peuple.
Nous découvrons également Fardale et Mogweed, deux êtres métamorphes mais dont les capacités sont bloquées à cause d'une malédiction.
Tout ce petit monde va aller de péripéties en péripéties. Si on ne s'ennuie pas, je regrette que l'intrigue soit une simple course-poursuite dans ce tome-ci. Dès les début, Elena est confronté à un duo d'ennemis qui sont en charge de la ramener à leur maître maléfique. D'autres créatures vont s'ajouter, censées être redoutables et meurtrières. Malheureusement, j'ai trouvé qu'elles étaient vaincues bien trop facilement, donc pas très crédibles.
 
La multitude de personnages rattrape la simplicité de l'intrigue, car on apprend d'où vient chacun d'entre eux, ce qu'ils cherchent et leurs différents pouvoirs. Ils sont bien développés, ont chacun une personnalité propre bien définie. 
Les révélations sur la nature d'Elena, l'origine de la magie et le Mage Noir sont très intéressantes et j'ai très envie d'en apprendre davantage.
 
Ce premier tome est accrocheur, il pose les bases d'un récit qui s'annonce épique, avec créatures imaginaires et magie destructrice. Elena attise la curiosité: va-t-elle se laisser consumer par sa puissante magie ou va-t-elle parvenir à la contrôler?
 
Note globale: 7 / 10.
 
 
 

Tags : FANTASY

Let The Sky Fall 05/09/2017

 

 
Auteur: Shannon MESSENGER
Éditeur: Lumen
495 pages
Paru le 04.06.2015
15¤
Fantastique
A partir de 10 ans
 
 
Résumé
 
Personne ne s'explique que Vane Weston ait pu survivre, enfant, à l'ouragan qui a tué ses parents.
À son réveil, étendu parmi les débris laissés par le passage de la tempête,
il n'avait pas le moindre souvenir de son passé – à l'exception du beau visage d'une fillette ballotée
par les vents. Malgré les années qui passent, elle rend de temps en temps visite en rêve au jeune homme,
qui s'accroche à l'espoir qu'elle ne soit pas qu'un fantôme. Il ne croit pas si bien dire.
L'inconnue, Audra, est un être de chair et de sang, mais elle n'a rien d'humain.
C'est une sylphe, une créature liée au vent, qu'elle sait manipuler pour voler dans les airs,
transmettre des messages ou livrer bataille. Sa mission ? Le protéger.
Malheureusement, l'histoire se répète : une maladresse et Audra révèle à leur pire ennemi
l'existence de Vane. Celle qui vient peut-être de causer sa mort est aussi son seul espoir de survie :
le jeune homme n'a que quelques jours pour comprendre qui il est vraiment ou c'est la mort qui l'attend.
Les nuages s'amassent à l'horizon, et un vent mauvais balaie les sables du désert...
Survivront-ils à l'orage qui se lève à l'horizon ?


Originalité: 2 /5.
Qualité de l'écriture: 3,5 /5.
Psychologie des personnages: 2,5 /5.
Immersion dans le récit: 4 /5.


Mon avis

L'écriture simple sauve ce roman. En fait, la fluidité rend la lecture moins pénible. Car en effet, Let The Sky Fall n'a rien d'exceptionnel, c'est un roman qui s'inscrit dans la plus pure tradition Y-A, sans apporter quoi que ce soit d'innovant au genre. 
Le second point "fort" du roman réside en sa mythologie: c'est la première fois que je lis une intrigue avec des Maîtres de Vent donc l'originalité a permis de conserver mon intérêt.
Mais les cent premières pages ont été difficiles à surmonter car tout me paraissait déjà vu. J'avais juste envie de refermer le livre et passer à autre chose. Mais je n'aime pas abandonner une lecture aussi, j'ai poursuivi celle-ci et me suis surpris à passer un moment sympathique. Pas passionnant mais convenable quoi.
Les descriptions et développements quant à la magie du vent sont intéressants mais ne suffisent pas calibrer le roman pour en faire un must-read.

Vane est un jeune adolescent assez plat, même si il apporte heureusement une dose d'humour qui dynamise le tout. C'est celui qui apporte un peu d'énergie au roman grâce à son impulsivité.
Audra passe 495 pages à se morfondre et à se sentir coupable, c'est un peu chiant. Le débat "doit-elle se sacrifier" revient de nombreuses fois sur la table, ce qui énerve passablement.
Les chapitres sont courts (bon point) et alternent entre leurs points de vue donc on ne s'ennuie jamais tout à fait. Mais tout est faiblard et prévisible.
On est au courant des enjeux de l'intrigue très tôt et on sait donc à quoi s'attendre pour les dernières pages: un combat final avec des Foudroyeurs. Reste plus donc qu'à traverser 400 pages d'entraînements, de doutes, de romance interdite entre l'un qui ne peut pas se retenir et l'autre qui le repousse inlassablement, etc.

Autre chose qui sauve les meubles: la construction du récit avec les souvenirs des personnages qui sont distillés au compte goutte et offrent un éclairage nouveau sur ce qu'il s'est réellement passé durant la tragédie. La révélation finale est inattendue sans pour autant m'avoir bouleversée au point que ce roman ne reste gravé dans ma mémoire à tout jamais.
 

Note globale: 6 /10.



Tags : Fantastique.